Les RiCi 2015

logo petit


L’association l’œil et le main a eu le plaisir d’organiser une première Rencontre Internationale de Contact Improvisation en Juillet 2015 à Paris. Nous y avons accueilli quatre-vingt participants, danseurs contemporains (professionnels et amateurs) avec ou sans expérience du contact improvisation, accompagnés de six professeurs confirmés de contact improvisation ou de pratiques affiliées (technique Alexander, Gaga, hypnose, …), trois facilitateurs de lab (en suspension et en vidéo), ainsi que cinq chercheurs en sciences du vivant ou en sciences humaines.

La rencontre s’est déroulée du 12 au 18 juillet 2015, à la suite de deux autres grandes rencontres de contact improvisation en France: ECITE (rencontre européenne des enseignants de CI, qui se tient cette année à Orléans) et le festival des 1001 à Grenoble. Pour beaucoup, il a été l’occasion à la fois de mettre en jeu ce qui aura été découvert durant ces rencontres, et de continuer le dialogue entre chercheurs et enseignants de CI jusque dans les laboratoires entre participants.

Le 19 juillet, une jam supplémentaire d’une journée a eu lieu dans le grand gymnase Japy, pour tout oublier ou tout se rappeler, danser une dernière fois avec ceux dont on aura partagé la semaine et aussi ceux qui n’y étaient pas et repartir sur un nouvel élan!…

TWICE NOW (1979) PAR STEVE PAXTON

A présent, c’est arrivé deux fois : une fois à Berkeley, une fois à New York. Malgré l’expression neutre que nous conservons quand nous dansons, malgré nos inévitables joggings, tee-shirts, duos, malgré la remarque de David Gordon selon laquelle « il y a 87.000.000 permutations possibles, et vous n’en atteignez que 8.000 par soir à vous cinq. Et voilà », malgré tout cela, deux fois cette année je me suis retrouvé dans un spectacle où le public réagissait vocalement à la danse qui se déroulait face à lui. Ils poussaient des ahh, des ooh, lançaient des biiien joué.

C’était un public de contact, constitué en grande partie de contacteurs, d’amateurs de contact, de futurs contacteurs, et d’amis de contacteurs.

La sensation générée par cette attention réactive et de qualité était celle d’une extrême chaleur. La bonne humeur et la libération des sensations sont communicatifs, et je me suis senti soutenu, adouci, touché, libéré. Enfin. Après toutes ces années : des performances avec des publics vivants. (…) Ci-dessous, vous trouverez quelques questions que je me suis posées à moi-même. Je n’ai pas LES réponses : seulement quelques unes des miennes.

Y a-t-il une différence perceptuelle entre voir une seule fois un spectacle chorégraphié et voir un spectacle improvisé ?
Quelle est-elle ?
Le spectacle doit continuer. V _ F _
La vie doit continuer. V _ F _
Est-ce qu’à différentes portes d’entrée de la perception correspondent différentes perceptions ?
Si certaines portes sont ouvertes, les autres sont-elles fermées ?
S’il y a un panneau lumineux au-dessus de la porte, qu’est-ce que cela vous apprend sur la porte ?
Est-ce qu’on peut entrer par les portes des autres ?
Un spectacle est une proposition linéaire. V _ F _
Un spectacle est une proposition circulaire. V _ F _
Un spectacle est une proposition en forme de spirale. V _ F _
Un spectacle est une bouteille de Klein. V _ F _
Un spectacle est un acte physique. V _ F _
Un spectacle est un acte social. V _ F _
Un spectacle est un acte culturel. V _ F _
Un spectacle est un acte traditionnel. V _ F _
Un spectacle est un acte radical. V _ F _
Un spectacle est un acte psychologique. V _ F _
Un spectacle est un acte spirituel. V _ F _
Un spectacle est un acte nécessaire. V _ F _
Un spectacle relève nécessairement du jeu. V _ F _
Quelle est la différence entre jouer et jouer.
Définir « naturel ».
Définir réaction.
Définir responsabilité.
Définir habileté à répondre.
Qu’est-ce qu’un marché où l’acheteur décide ?
Qu’est-ce qu’un marché où le vendeur décide ?
Quelle vitesse pour un œil ? (au sens de « la main est plus rapide que l’œil. »)
Est-ce que la critique affecte la perception ?
Est-ce que le public affecte le performeur ?
Est-ce que l’architecture affecte les perceptions ?
Quel est l’art le plus permanent ?
Qu’est-ce qu’on entend par « arts impermanents » ?
Le changement est-il nécessaire ?
Le changement peut-être être évité ?
Le changement est-il constant ?
N’y a-t-il rien de nouveau sous le soleil ?
Le public obtient-il ce qu’il attend ?
Le public veut-il ce qu’il attend ?
D’où viennent les « idées » ?
Y a-t-il vraiment des choses qui « commencent » ?
Qu’est-ce qu’un « plat préparé » ?
Qu’est-ce qu’une « idée préparée » ?
Quelles sont les « vérités éternelles » ?
Qui vous l’a dit ?
Face à un paradoxe, que faire ?
Qu’est-ce que le contrôle ?
Le langage du corps est-il plus rapide que l’œil ?
Quelle est la quantité de temps la plus courte ?
Quelle est la plus longue ?
Qu’est-ce qu’on sait ?
Peut-on contrôler les choses qu’on ne connaît pas ?
Qu’est-ce qu’une foire d’empoigne [ndt, en anglais : a free-for-all ; littéralement : ouvert à tous] ?
Qu’est-ce qu’on découvre lorsqu’on écoute dix témoins décrire un accident ?
Comment savoir ce qui manque ?
La compréhension fait-elle partie de la communication ?
Qu’est-ce que comprendre ?
Ton public veut-il savoir quelque chose ?
Est-ce que tu veux que ton public sache quelque chose ?
Qu’est-ce que tu fais de la parabole qui se termine en disant qu’« on ne peut pas faire plaisir à tout le monde en même temps » ?
Quel est le pourcentage minimum acceptable de gens qui sont satisfaits ?
Es-tu conscient des différences qu’il y a dans tes perceptions face à un public ?
Est-ce que tu t’es fait faire un électro-encéphalogramme ? Pendant un spectacle ? Un test sanguin ? Des urines ?
Qu’est-ce qu’on sous-entend lorsqu’on parle d’« être à la hauteur » ?
Définir « indéfinissable ».

trad. fr. Romain Bigé

Concert #1 – Contact & Physics: materials from the project « Going into contact– a permeable spiral installation », Dieter Heitkamp, Academy of Arts, Berlin, November 2014