Atelier Contact Improvisation et philosophie

Atelier contact Improvisation et philosophie « ne-pas-faire » le 11 février de 10h30 à 18h30

 

Matthieu Gaudeau (danseur et praticien de la Technique Alexander) et Romain Bigé (danseur et philosophe) proposent une série d’ateliers où se rencontrent danse et philosophie autour de la question de l’espace : depuis et dans quels espaces entrons-nous en contact avec les choses et avec nous-mêmes ? Le Contact Improvisation propose des réponses variables à cette question : il explore la surface de la peau, il propose le partage du poids entre les partenaires, il appelle à la prise en compte des mouvements des autres dans l’espace du studio. Les textes des philosophes nous permettent de traverser, d’interroger, ces représentations et se les approprier en mouvement.

[Description]

Après notre dernière session consacrée au « porter », ce quatrième volume des ateliers contact-philo se pose la question du geste de « ne-pas-faire ». Le geste de ne-pas-faire est au centre de nombreuses pratiques gestuelles : le wu wei (non-faire) taoïste se retrouve ainsi dans de nombreux arts martiaux comme le fond authentique de l’agir, comme l’inhibition est, depuis les débuts des pratiques somatiques occidentales avec F. M. Alexander, au centre des méthodes de prises de conscience de soi dans l’activité. Ces pratiques ont innervé le Contact Improvisation, au travers de l’Aïkido, du Feldenkrais et plus généralement des convictions anarchistes de ses fondateurs : dans le Contact Improvisation, il s’agit de suspendre le vouloir faire, les idées préconçues, la manipulation.
Et il ne s’agit jamais de simplement s’abstenir : ne-pas-faire est une action, peut-être même l’action par excellence, dans la mesure où en elle il s’agit de ne pas céder aux impulsions, mais de laisser apparaître les potentiels de la situation où l’action est requise. Ne-pas-faire, en ce sens, c’est une méthode pour laisser apparaître : la perception s’y aiguise, car elle se dégage de la réactivité pour révéler les franges périphériques ou inaperçues du présent. Mais qu’est-ce qui apparaît au juste, quand je sais suspendre mes gestes ? Quel est ce monde, ce corps, ces choses que me découvre l’inhibition ? À quoi ressemble un faire traversé de suspensions ? Comment organiser ma corporéité pour soutenir la suspension ? De quoi est fait un monde où je prétends ne plus réagir à des stimuli, mais agir dans un espace de potentiels ? Telles sont les questions que nous voudrions nous poser au cours de cette journée d’atelier contact et philosophie.

[Informations pratiques]

Quand ? Le dimanche 11 février 2018, de 10h30 à 18h30 (pause-repas de 13h30 à 15h)
Où ? A Faun-Arts, 4 rue Gutenberg 93100 Montreuil (Métro Robespierre)
Pour combien ? 60€ pour les 6h1/2 d’atelier / 55€ tarif réduit (chômeur.euses, étudiant.es, intermittent.es)
Comment réserver ? Par email à ateliers.lolm@gmail.com

[Bios]

Matthieu Gaudeau travaille comme interprète depuis une quinzaine d’années dans divers collectifs et compagnies de spectacles vivants. Sa vision et son enseignement du Contact Improvisation sont nourris par la Technique Alexander dont il est praticien. Depuis deux ans, il poursuit un travail somatique auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer : ce qui a profondément modifié ma vision du corps et l’apprentissage du mouvement volontaire. Comment passer du mouvement au geste ?
Romain Bigé pratique la philosophie et la danse. Agrégé de philosophie, il vient d’achever une thèse intitulée Le partage du mouvement (ENS-PSL*) dédiée à une poétique des gestes du Contact Improvisation et à l’investigation parallèle du concept de mouvement dans la philosophie contemporaine (phénoménologie et bergsonisme). Improvisateur, formé en Europe et aux États-Unis (avec Lisa Nelson, Nancy Stark Smith, João Fiadeiro…), il aime rouler par terre.

Share This